Assemblée des Régions Européennes Fruitières, Légumières et Horticoles

Conférence: contribution des OP à la filière agroalimentaire

Le 21 septembre 2018, la Commission européenne a organisé une conférence sur la contribution des organisations de producteurs à une chaîne d'approvisionnement agroalimentaire efficace.

 

L’événement a été ouvert par Jens Schaps (DG AGRI) et par le député européen Paolo de Castro, rapporteur du Parlement sur le dossier des pratiques commerciales déloyales. Les deux intervenants ont souligné le rôle essentiel des organisations de producteurs dans la mise en place de règles du jeu équitables entre les agriculteurs et les acteurs en aval de la chaîne d'approvisionnement alimentaire. En particulier, le député européen de Castro s'est concentré sur les nouveautés apportées par le règlement omnibus, qui a clarifié et assuré la prédominance du rôle des OP et AOP sur le droit de la concurrence, fourni de nouvelles typologies contractuelles et contribué à renforcer leur position de négociation globale.

 

Au cours de la séance du matin, les intervenants ont exploré les avantages que les organisations de producteurs peuvent apporter à leurs membres et à la chaîne alimentaire, par exemple en termes de :

  • prix,

  • meilleures possibilités de commercialisation (accès aux marchés),

  • développement de produits de qualité et avantages socio-économiques (rôle des OP dans le développement rural et régions plus défavorisées, par exemple).

Le professeur Angelo Zago a présenté les principales conclusions de ses recherches concernant l'organisation des producteurs dans le secteur des fruits et légumes. Il a souligné le fait que les organisations de producteurs deviennent rapidement des acteurs importants dans la nouvelle organisation du marché commun de l'UE. Après le secteur des fruits et légumes, ils constituent désormais un outil de politique transversale pour d'autres secteurs agricoles.

 

Dans le secteur des fruits et légumes, cependant, les OP ont connu un succès mitigé, les analyses préliminaires soulignant que les grandes OP (avec de nombreuses petites exploitations membres) attirent en moyenne plus d'agriculteurs que les autres modèles d'entreprise. D'autres résultats montrent que les différents modèles d'entreprise entraînent systématiquement des différences de performances, ce qui souligne l'importance des choix stratégiques et d'une gestion efficace pour la réussite de l'action collective. En outre, la concentration des secteurs en aval joue un rôle important dans l’explication des taux de participation aux OP. Enfin, les OP semblent contribuer positivement au développement rural des régions pauvres, où les taux de participation semblent être plus importants que dans les régions plus riches.

 

Les discussions de l'après-midi ont été consacrées à l'interaction des organisations de producteurs avec leurs partenaires en aval. Les présentations du monde universitaire et du secteur de la vente au détail ont exploré comment la coopération verticale dans la chaîne d'approvisionnement alimentaire peut être organisée de manière efficace pour créer des avantages mutuels.

Jos Bijman a souligné le double rôle des OP comme outil pour renforcer le pouvoir de négociation des agriculteurs et pour améliorer la coordination verticale entre les acteurs de la chaîne d'approvisionnement: les OP ont permis de réduire les coûts de transaction, d'améliorer la gestion de la qualité et efficacité logistique (stockage, transport, emballage), durabilité et bio-innovation. De plus, M. Bijman a successivement identifié les déséquilibres de pouvoir, les différences d'attitude au risque et les dépendances (en raison de la taille et des investissements spécifiques) comme étant les principales raisons qui empêchent les OP et les acheteurs de réaliser leur intérêt commun à coopérer.

 

Selon le professeur Bijman, la plupart des OP ne réalisent pas leur potentiel en raison de plusieurs facteurs tels que la faible contribution financière, la faible capacité de leadership, le manque d'engagement, l'hétérogénéité des membres ou le respect des exigences de qualité.

En conclusion, afin de renforcer le rôle des OP et d’améliorer la coopération avec les acteurs en aval tout au long de la chaîne d’approvisionnement, plusieurs facteurs doivent être pris en compte:
traiter les problèmes de gouvernance interne des OP (gestionnaires et administrateurs compétents); tirer parti des marchés de niche rendus possibles par la différenciation croissante des produits sur les marchés actuels; les économies d'échelle restent essentielles car elles permettent un pouvoir de négociation plus fort; encourageant l'intégration horizontale, élément clé pour développer des OP solides. Bien que le prix puisse être une source récurrente de conflit entre les OP et les détaillants, les recherches montrent que les deux acteurs sont fortement intéressés à coopérer dans de nombreux autres domaines.

 

Les présentations seront disponibles sur le lien suivant: https://ec.europa.eu/info/events/contribution-producer-organisations-efficient-agri-food-supply-chain-2018-sep-21_fr

A ne pas manquer

Les presentations issues de notre assemblé générale ainsi que le rapport d'activité sont disponible. En savoir plus

 

INTERPERA 2019, le congrès international de la poire, se tiendra à Tours du 25 au 27 juin. En savoir plus

 

Le guide Regio'Com sur la promotion des F&L est disponible en ligne

En savoir plus

Derniers articles

janvier 03, 2019
moulon caselli 1 500px
Événement

Assemblée Générale 2019

Nouveau mandat pour la présidente Simona Caselli et le vice-président Jean-Louis Moulon (photo) Le 27 mars s'est tenue à Bordeaux, au siège de la région Nouvelle Aquitaine, la réunion annuelle de l'AREFLH, l'association des régions et producteurs européens de…